Théâtre Croquemitaine

Un théâtre alternatif

Accueil > croquemitaine > Un Croquemitaine sous toutes ses coutures > Archives > Nos ateliers (archives) > Saison 2007-2008 > Formations > “La passerelle " - Monceau sur Sambre (Hainaut)

“La passerelle " - Monceau sur Sambre (Hainaut)

samedi 29 mars 2008, par MS

L’animation à “La passerelle " - FUNOC (à Monceau sur Sambre) s’est poursuivie, c’est la quatrième fois que nous collaborons avec cette institution spécialisée dans le travail de réinsertion.

Le 22 juin 2007, le groupe a présenté une création collective devant une trentaine de personnes, enseignants de la Funoc, stagiaires, parents et amis. Spectacle à sketchs d’une trentaine de minutes à partir des meilleures improvisations retravaillées et écrites par les participants. Les difficultés de la vie aujourd’hui dans une région particulièrement défavorisée, la région de Charleroi, voilà l’axe autour duquel s’articule le spectacle : "Il y a pire".

Les scènes montrent avec émotion et humour la recherche d’un travail, , la solitude et la soif d’amour, les insatisfactions dans la vie des couples, la violence conjugale, la misère matérielle et affective dans les cités. Le spectacle a suscité admiration, émotion, réflexion dans le public.

Lors du débat qui a suivi la représentation, une enseignante a dit n’avoir jamais imaginé que Linda, jeune femme qui ne dit jamais rien pendant les cours, soit capable de jouer seule un long monologue :"Le petit kiki à sa maman". Cette scène est née d’une improvisation avec objet, en l’occurrence un petit chien en peluche. Linda s’est montrée capable d’écrire cette belle improvisation sur la solitude et le rapport affectif avec un animal, de la mémoriser et de la jouer avec une grande précision.

Le théâtre comme outil de développement personnel, de reprise de confiance en soi. Pour les cinq stagiaires qui ont participé à cette formation du début à la fin, sans se décourager malgré les départs successifs (au début, ils étaient huit), cet aboutissement a représenté un grand moment de bonheur.
Malheureusement, comme souvent dans les formations, il n’y a pas de suite prévue. Après, chacun, chacune retourne à sa solitude et à la galère quotidienne.