Théâtre Croquemitaine

Un théâtre alternatif

Accueil > ateliers > Saisons précédentes > Brûlez les planches ! 2012 - 2013 > Nos ateliers en 2013

Nos ateliers en 2013

jeudi 21 mars 2013, par MS

Troupe de Baillempuis :Les adolescents, bêtes et rebelles ? - La Marelle :
Bientôt sur les planches ! - Atelier à Anvaing :
Du théâtre à l’école. - Nouvelle création clownesque !

Troupe de Baillempuis
Les adolescents, bêtes et rebelles ?

On n’aura bientôt plus assez de place dans l’Espace Citoyen de Saint-Léger ! Onze personnes de 13 à 51 ans s’y retrouvent chaque semaine. Beaucoup d’ados, alors le thème de la création est bien choisi, “l’adolescence au-delà des clichés”. Nous avons déjà une bonne matière pour créer, une riche production de saynètes. On y retrouve un scientifique “à tics”, qui mène une étude socio-mathématique sur la question. Il arrive à la conclusion que “racine carrée d’un adolescent sur deux est délinquant”. Et eux, les ados, qu’est-ce qu’ils en disent ? Du monde, de leur vie ? Comment aborder la sexualité, la contraception ? Et, en tant que parent, comment communiquer sans passer pour des ringards, comment sortir des échanges houleux ?
Toutes ces questions, abordées avec plein d’humour, nous emmènent dans leur univers.
Prochaine étape : rencontre d’ateliers à Namur le 15 décembre.

JPEG

La Marelle
Bientôt sur les planches !


Le 18 décembre 2012, c’est la fête de Noël à la Marelle, centre de jour pour adultes handicapés. L’occasion pour notre groupe de montrer un avant-goût du spectacle en préparation. Depuis quelques semaines déjà, c’est le branle-bas de combat dans la chaumière.
Finalisation des scènes, recherche de costumes, de musiques et répétition, répétition... et encore répétition. Ce qu’il y a de magique avec nos amis de la Marelle, c’est qu’ils sont imprévisibles ! C’est parfois angoissant pour nous animatrices. Nous avons ficelé le canevas créé ensemble et nous aimerions le suivre un minimum. Pourtant, nous devons rester ouvertes à l’inattendu. Avec eux, tout est possible. Mais finalement, n’est-ce pas eux qui sont dans le vrai ? Totalement dans l’ici et maintenant. Alors nous les accompagnons au mieux dans leur aventure. Le spectacle : dans un cirque loufoque, une bande de clowns essaie tant bien que mal de donner une représentation.

Atelier à Anvaing
Du théâtre à l’école...

3ème Création collective avec les réthos de l’Athénée d’Anvaing.
La demande était d’aboutir en une semaine à la création d’un spectacle joué pendant la soirée organisée par l’amicale des professeurs.
Nous avons passé une agréable semaine. Malgré le nombre élevé de participants, 23 élèves et 2 professeurs, l’écoute était très bonne. Tout le monde s’est montré motivé, curieux d’apprendre. Chacun s’est prêté volontiers à tous les exercices proposés. Néanmoins, la représentation était, de mon point de vue, pas très réussie.
Cela n’a rien à voir avec le groupe, ils se sont très bien débrouillés, et heureusement ils se sont amusés. Mais j’aurais voulu qu’ils jouent dans de meilleures conditions.
A cause d’une mauvaise organisation, nous n’avons pas pu répéter dans le réfectoire, ni fixer les entrées et sorties et le tout sans coulisses. Étant les garants du travail théâtral, nous devons être vigilants. Dans les négociations avec nos partenaires, il faut être intransigeant. Ce type de fonctionnement nous amène à réfléchir sur de meilleures formes de coopérations avec les institutions.

Nouvelle création clownesque !
Le langage du clown dans le patois de Pierrot Mol.

Avec Zaza, Tas d’loques, Miette, Rosa et les autres, une nouvelle bande de clowns est née.
Pendant ces quatre jours intenses, nous avons exploré l’univers clownesque en passant par différents chemins : stretching, échauffement physique, et beaucoup d’exercices, comme le masque neutre, l’imitation d’animaux, la présentation de notre clown à une audition...
Pour en arriver à des improvisations, seul puis par groupe. Tous ces exercices nous ont aidé à trouver la justesse du jeu du clown. Nous sommes passés par beaucoup de situations loufoques sous l’oeil bienveillant, mais exigeant, de Pierrot.
Nous avons découvert que l’important n’est pas de trouver la solution à un problème, au contraire, il faut chercher sans trouver. Car tout le jeu naît de cette recherche.
Si chacun d’entre-nous a fait rire le public pendant trente secondes, pari réussi !
Sur les douze clowns, sept d’entre eux continueront l’aventure dès janvier 2013 pour créer un spectacle. A suivre...

JPEG