Théâtre Croquemitaine

Un théâtre alternatif

Accueil > objectif lune > Les archives d’Objectif Lune > Objectif Lune hiver 2017-2018 - numéro 29 > Sur Orbite, en tampettes et trombours

Sur Orbite, en tampettes et trombours

jeudi 14 décembre 2017, par RZ

Clown un jour…

Eric a participé au stage les 9 et 10 décembre, et il en parle, bien mieux que nous ne l’aurions fait !
Mes filles ont l’âge où on trouve toute personne de plus de 25 ans mortellement ennuyeuse. Il faut donc que j’aille faire le clown ailleurs, trouver un stage par exemple.
Et là, commence la difficulté : entre les « vous êtes trop vieux : on ne prend pas au-dessus de 60 ans » (j’en ai 67 !) et les « avec vos prothèses, vous ne pourrez pas faire les acrobaties » les mois passent. Et un jour, à l’approche de Noël, dans le mail envoyé par une amie : le stage « Clown » du Théâtre Croquemitaine ! Et il n’y a que 2 prérequis : l’Envie et la Ponctualité. Cela tombe bien, ce sont pratiquement mes seules qualités.
Ce qui tombe bien aussi, c’est la neige alors que je poireaute à la porte de la salle dévolue au stage. Personne. Au moment où je me résous à fabriquer un igloo, voilà les autres. La ponctualité doit probablement être facultative ou destinée à tester la motivation des nouveaux.
Nous entrons dans la salle et stupeur : personne n’a de nez rouge, pas même Rita. Rita, c’est la maîtresse de cérémonie … non, trop guindé, ça ! ; Rita, c’est le maître-clown … non, ça fait dressage ; Rita, c’est le clown-en-chef … non, elle n’a rien de martial ; Rita, c’est Rita !
Puis, ce sont les présentations entre participants. Mais pas question de décliner son identité style « vos papiers svp ! » mais plutôt de tâter le terrain dorsal de l’un, d’échanger quelques cris avec l’autre, d’agiter des bras de connivence avec un troisième, de reprendre au vol la mimique d’un quatrième, … .
A la première pose, je file aux toilettes consulter mon dictionnaire de poche. Clown : nom unisexe d’un mammifère à sang chaud doté d’une excroissance nasale rouge faite d’une substance dure non biodégradable, ce qui confère au clown une certaine immortalité. Le clown se nourrit principalement de zygomatiques et s’abreuve de larmes. Il vit en solitaire ou en petites bandes sans aucune hiérarchie. Un nez rouge allait finalement me pousser ? Vu la taille de mon nez actuel, cela ne devrait pas être insurmontable.
Et puis, les scènes se sont enchaînées et bientôt, il n’y eu plus de stagiaires mais une sorcière et ses potions, des poules et leur coq autour d’un oeuf, un vélociraptor en laisse, une fille dans le ciel au bout d’un ballon, un motard fou de vitesse, des enfants jouant à cache-cache, une psy irrésistiblement attirée par les fesses de sa patiente … .
Et ben, c’est déjà fini ?! Vite, un autre !

Prochain stage clown : samedi 3 et dimanche 4 février 2018

Bienvenue aux personnes ponctuelles désireuses de rejoindre la bande !

Les Ath’moureux. Ring : Théâtre Forum

Le 12 octobre à la Maison des Associations de Tournai, salle remplie, environ 55 personnes, une grande majorité de femmes venues de la Formation Déclic-emploi et quelques femmes intéressées par le thème des violences faites aux femmes. Après la présentation des scènes, la parole circule facilement. Dans la partie forum, une femme monte sur la scène et prend le rôle de la voisine qui au lieu de se plaindre du bruit des coups et des cris, trouve les mots justes pour proposer son aide à la victime de violences. Emotion, frissons. Ce n’est pas du Théâtre joué, c’est du Théâtre vécu, ici-maintenant. Les spectactrices discutent, témoignent, questionnent.
Voilà, pour les Athmoureux, c’est un succès et une belle fin à ce parcours théâtral qui a duré deux ans.

Troupe du Préau

Une bonne dizaine de femmes et deux hommes continuent l’aventure, une création collective sur la santé. C’est vaste, il faut ratisser large, ça englobe tout notre environnement. Des fuites des centrales nucléaires aux particules fines en passant par les pesticides, les perturbateurs endocriniens, le stress au travail, les dérèglements climatiques, la peur du terrorisme…
Mais bon, tant qu’on a la santé !
C’est sûr, que c’est plus facile de se soigner quand on ne doit pas compter ses sous.
Et l’e-santé ? Pas rassurant non plus l’informatisation de la santé. “Il y a quelque chose dans l’e-santé belge qui est très compliqué. Les citoyens ne s’y retrouvent pas, les médecins non plus. Il n’y a aucun médecin qui sache comment ça fonctionne, qui gouverne quoi et par où ça passe....Le plan e-santé, tel qu’il est, va droit dans le mur…” Paroles de médecins. Question : le système se préoccupe-t-il davantage de récolter des données des patients que d’améliorer leur suivi médical ? Heureusement, mettre ce questionnement en jeu, en gestes, en personnages, ça nous permet de ne pas tomber dans la déprime. Le rire est gratuit, communicatif, il est bon pour la santé !

Sentiers

Le 15 octobre dernier, nous avons emmené sur les sentiers de Bailleul plus d’une centaine de promeneurs, familles, amateurs d’histoire locale, des plus rigoureux aux affabulateurs fantasques !
La grande Histoire nous intéresse bien sur, mais ce jour-là, ce sont les petites histoires que nous avons mis sous les projecteurs. Les petits histoires qui forgent les tempéraments, les habitudes et les amitiés. Celles qui font la douceur et le sel de nos vies. Celles, aussi, qui font entrer la grande Histoire dans nos réalités quotidiennes.
Au retour de la ballade, nous nous sommes réunis pour échanger anecdotes et tranches de vie, évoquer les personnages hauts en couleur qui ont marqué le du village, les us et coutumes d’antan, les métiers disparus, les lieux mythiques… Une chose est sure : vous êtes nombreux à avoir plein de choses à raconter !
Pour nous, c’est décidé : nous proposerons dès la fin de l’hiver de nouveaux rendez-vous pour poursuivre ces échanges savoureux.